backgroundbackground

HOME > ARTISTES > N > NELSON CARRERA

nelson.jpg

ARTISTE:

NELSON CARRERA



BIO

Depuis les obscurs débuts d'un certain Carlos Gonzaga avec les succès d'Elvis Presley, Paul Anka ou Neil Sedaka  à la fin des années 50, alors qu'on ne connaissait même pas l'argentin Johnny Tedesco ou le brésilien Raul Seixas par exemple, il aura fallu près de trois décennies au Rock portugais pour construire une scène parfaitement respectable. Avec des noms comme Ruby Ann, les Tennessee Boys, Texabilly Rockets, Mean Devils, 49 Special, Carl and The Rhythm All Stars. Après plus de dix ans d'indifférence à son égard, le Portugal reconnait enfin son enfant naturel de la côte Atlantique : Mr Nelson Carrera de Figueira da Foz, bizarrement comparé par un français à Johnny Jano, le Cajun rocker louisianais. En 2006, son compatriote Carlos Gomes écrira même dans le magazine anglo-finnois "Southern and rocking" que Nelson vit en France. 

Tout commence en 1961 avec sa naissance en ex-colonie portugaise, l'Angola où le jeune n'entend guère que "Fado" puis "Bossa Nova" sur les ondes des radios. Plus tard, en France vers Nogent sur Marne où vit désormais sa famille, son frère lui fait découvrir des pionniers comme Gene Vincent et Joe Clay, deux de ses idoles majeures. 

Premiers pas sur scène avec les "Winkle Pickers" et les "Hooligans", passage obligé au défunt "Golf Drouot" vers 1978 avant de finir par graver un EP devenu "Un disque de collection" sur la légendaire marque "Savas-Iguane" de Bagnolet. D' où se détache son propre "Rock'n roll school". Peu de concerts au début mais de nombreuses émissions sur la bande FM en plein développement parfois aux côtés du regretté barde Country, Tex Bernie où les deux se régalent en duos comme "My rifle pony and me". Mais aussi un accueil bien mérité dans la presse internationale spécialisée jusqu'au grand nord scandinave et à l'incontournable "Now dig this" anglais.  

Puis au fil des années suivantes, changements de personnel et de noms : les Hornets puis les Alley Cats. Avec quelques passages historiques : le "Bataclan" de Paris, entouré notamment du Blue Five de Tony Marlow (Rockin' Rebels, Betty and The Bops) et Mr Jerry Dixie une date allemande pour le club..suisse de Paul Bulkhalter (Crazy Beat) avec King Pleasure and The Biscuit Boys (les deux en 1990) après un second EP en 1987 sous étiquette "Carioca". Suite à un concert espagnol des Alley Cats en 1991, Nelson disparait. 

Les années passent, avec patience et détermination, il épargne de quoi s'autoproduire et au tournant du siècle parait enfin son premier CD "Everybody's rockin with Nelson Carrera" sous étiquette "Tiger". La renaissance et la reconnaissance arriveront vraiment avec le concert de Colmar du 19 juin 2004, où Nelson est en vedette soutenu par les Hot Rocks. Puis en 2005 viendra un second CD "Something to remembrer" avec un duo au titre éponyme en compagnie de son compatriote Ricky Norton. Désormais les concerts se suivent régulièrement pour Nelson !

nelson.jpg

ARCHIVE: CONCERTS

Bal de la libration, le samedi 06/09/2014 (Plaine des Manoeuvres)