backgroundbackground

HOME > ARTISTES > D > DEPORTIVO (FR)

BIO

Après quasiment dix ans d'existence dans la lumière, trois albums sortis sous le prestigieux label Barclay et une centaine de milliers d'albums vendus, on n'avait peine à imaginer Deportivo, un jour, dépourvu de maison de disques et contraint d'autoproduire son nouvel album. Mais voilà, l'époque est à la débâcle, les maisons de disques perdent la tête et Deportivo continue, plus que jamais, de symboliser l'histoire du rock chanté en français de ces dix dernières années, ses déboires, ses jours de fêtes et son évolutionmusicale.

L'heure est au « do it yourself », Jérôme, Richard, Julien l'ont bien compris et savent parfaitement que « le faire seul » implique invariablement d'être bien accompagné. Christophe Acker, camarade de toujours et réalisateur des clips du groupe propose alors de prêter sa maison bretonne pour y chercher de nouvelles idées. Le groupe crée son propre label qu'il appelle Titanic Records, dont le nom évoque sans amertume et non sans humour les jours difficiles de l'industrie musicale. Parallèlement Jérôme Coudanne s'envole vers le Brésil et part pour un périple de quelques semaines à travers l'Amérique du Sud. On l'entend perdre la voix sur : « You'd better run ! » dans la chanson « Personne N'arrive A l'Heure ». Un besoin de s'en aller symbolisé par le troisième morceau de l'album, « En Ville », dans lequel il chante « Qu'on soit à San Telmo, à Lapa, je nous vois, tous les trois, en exil ». On a soudain l'impression de se retrouver propulsé dans la chaleur des rues de Rio ou de Buenos Aires.

Les trois musiciens, définitivement « obsédés par la brise » sont donc toujours déterminés à chercher une fraicheur nouvelle à chaque album. Romain Turzi, compositeur ingénieux et vieil ami du groupe, offre au travers d'un orgue GEM, la possibilité aux garçons d'incorporer un son inédit à leurs compositions, une couleur voisine de celle de groupes des années soixante comme The Animals ou The Seeds.

En entendant là du rock d'ici joué avec tant de coeur, et en ces temps interminablement ternes, la musique de Deportivo est une cure de foi et devient à nos oreilles un naufrage joyeux plein de combativité et de poésie.

deportivo2.jpg deportivo.jpg

ARCHIVE: CONCERTS

Les dignes représentants du Rock français !, le vendredi 29/11/2013 (L'Entrepôt)

à ne pas manquer!, le vendredi 13/04/2012 (Le Palais)