AND name REGEXP 'INTERVIEW' AND name REGEXP 'DE' AND name REGEXP 'FAT' AND name REGEXP 'SHEEP' L'Entrepôt Arlon | interviews | interview de fat sheep
backgroundbackground

ROCK'N GAUME

L'ACTU ROCK EN PROVINCE DE LUXEMBOURG

HOME > INTERVIEWS > INTERVIEW DE FAT SHEEP

Vidéos

prev next

INTERVIEWS

20/02/14

INTERVIEW DE FAT SHEEP

>

EN CONCERT AVEC SKARFACE ET CHARGE69 VENDREDI 21/01/2014 !

Interview Fat Sheep:
Fat Sheep, c'est 3 copains qui ne se prennent pas au sérieux jouant un pop-punk complètement décalé. La relève d'Habay est assurée !

Hello, les gars, pouvez-vous vous présenter en quelques mots tous les 3?

Simon : Moi c'est Simon, j'ai 17 ans et je fais de la basse. J'ai commencé la basse quand j'ai débuté avec eux en 2012, avant je faisais de la guitare et de la batterie.

Séraphin : Moi pareil, c'est 17 ans
Aidan :
Euh non, tu as 18 ans (rire)

Séraphin : Ouais 18. J'ai l'air d'un attardé maintenant… (rire) Je fais de la batterie depuis que je suis petit. Au début, on jouait avec Aidan chez moi, on faisait que des covers et après on a commencé à jouer ensemble.

Aidan : J'ai 18 ans, ça fait 7 ans que je joue de la guitare et je suis né à Glasgow.

Un chanteur écossais, ce n'est pas courant pour la région, comment tu as atterri ici?

Aidan : Mon père a eu un job à Luxembourg et je suis arrivé ici, il y a 10 ans.
Séraphin : En plus, tu devais rester que deux mois
Aidan : Ouais, je ne devais pas rester longtemps et puis…

Simon : … et puis il est tombé amoureux de Séraphin ! (rire)
Aidan : Ben non, je ne suis pas homo ! (rire)

Comment vous-vous êtes rencontré et quand avez-vous décidé de vous lancer dans la musique ensemble ?

Séraphin : Au début, on jouait dans une pièce chez moi, c'était juste comme ça pour le fun, on ne faisait pas de concerts. Après on a voulu faire une représentation à l'école (soirée cabaret 2012 de Saint-Benoît), on cherchait un bassiste et c'est là qu'on a commencé avec Simon. On a eu des bons retours et donc, on a voulu continuer l'expérience. On n'avait pas encore nos propres chansons, c'était que des covers.

Aidan : des covers de Blink-182…
Simon : … et de Green Day

Lors de votre premier show à l'Entrepôt le 4 décembre, comment ça s'est passé pour vous ? Pas trop stressés ? Vous avez des rituels/habitudes avant de monter sur scène ?

Simon : Ouais quand même un peu, moi en tout cas j'ai stressé en montant sur scène.
Aidan : Je stressais à fond !
Simon :
C'était notre premier « gros » concert. On avait fait un concert à Anlier en septembre dans une fête de village, là c'était à l'Entrepôt avant The Casualties, donc logiquement, il fallait montrer ce qu'on vaut.
Séraphin : C'était aussi la première fois où on faisait des chansons à nous.
Simon : Ce n'était pas évident car on avait fini les deux compos juste avant le concert.

Tous : Notre habitude, c'est de boire quelques bières ensemble, de déconner et de se détendre avant le concert.

Vous avez eu de nouvelles dates depuis lors ?

Simon : On va jouer aux fêtes de la musique à Habay en juin et ce week-end à l'Entrepôt.

On sent bien que vos influences viennent de Californie avec des groupes tels que Blink-182, Green Day, … .Votre premier EP est directement dans la lignée de ces géants du punk-rock des 90's ? Parlez nous un peu de cet album.

Simon : C'est clair qu'on est inspiré par des groupes comme Blink-182 et les autres…
Aidan : … Mais pas aussi punk comme NOFX

Séraphin : Quand on dit qu'on est punk, ce n'est pas comme les punk comme les gens se font l'idée, comme The Casualties…
Aidan :…en fait, on est pas vraiment un groupe de punk, on fait du punk pop, ce n'est pas du tout pareil !

Simon : Le EP, c'est nos 5 premières chansons. Le thème de nos chansons, c'est des paroles un peu déconnade mais ça c'est le truc d'Aidan
Aidan : Je fais que des chansons, où je raconte un peu de la merde, ce n'est pas du tout des trucs sérieux.
Séraphin : Par exemple sur une chanson sur l'EP, c'est l'histoire d'une fille qui est amoureuse d'un garçon, mais le garçon est amoureux d'un chien et donc ça ne va pas marcher. On ne se prend pas au sérieux !
Aidan: En fait, c'est basé sur Séraphin cette chanson ! (rire)
Séraphin : Bande de chiens ! (rire)

Comment s'est passé l'enregistrement de l'EP ? Vous avez été en studio ou alors c'est du Do It Yourself ?
Séraphin :
C'est la première fois qu'on allait en studio, donc il y a des détails où on est un peu déçu sur certains points mais les échos sont bons et on est satisfait en général. On est impatient de faire le deuxième ! On a enregistré ça chez Noé à Grendel.

Comment composez-vous ? Un de vous lance un riff et les autres suivent ou alors chacun apporte ses idées ?

Séraphin : Aidan trouve la grosse base à la guitare après il explique comment il veut que ça soit, s'il veut que ce soit plutôt fort…
Simon : … et nous on dit ce qu'on pense…
Séraphin : … et des fois il manque une partie, un bridge et là, on trouve par nous-mêmes …
Simon : … il trouve la grosse partie avec les paroles déjà calées et on part dessus.

Ce n'est pas trop la galère de trouver des salles de répet dans la région ou alors vous faites trembler les murs chez vos parents ?

Simon : On répète chez moi. C'est un peu chiant car c'est une grande salle le son n'est pas top, mais au moins on ne paie pas. A Habay, il faut payer pour les locaux de répétitions alors autant faire ça ici, gratos, même si ce n'est pas super bon.
Aidan : Mais c'est convenable, même si il y a quelques petits soucis, on sait jouer et c'est ça qui est important.

Vous écoutez d'autres styles de musiques aussi ?
Simon :
J'écoute pas mal de métal
Aidan et Séraphin : Que du vieux et du nouveau punk pop

Quel est votre coup de cœur en ce moment ?
Simon :
Pour l'instant, c'est NOFX

Il y a un peu de plus de dix ans, c'était Drunky Nun qui faisait vibrer la région avec un punk-rock mélodique, et en 2004, il était booké à Dour Festival, pas mal pour un groupe de la région. Si vous suivez le même parcours, il y a un festival en particulier où vous rêveriez de jouer ?

Simon : Tous les festivals sont bons à prendre…
Tous : Pour le moment, à notre niveau, ce serait le Wardin Rock, ce serait déjà super pour nous !
Séraphin : Mais sinon, le rêve, ce serait Werchter ou le Pukkelpop, ce serait énorme !
Aidan : Mais le Wardin Rock, ce serait déjà bien abusé !
Séraphin : Concernant les Drunky Nun, ils nous suivent et ils ont déjà mis des commentaires sur nos vidéos, ça fait super plaisir
Simon : Ils sont à fond avec nous et c'est super cool de leur part. Gaylord (batteur de DN) partage nos nouvelles vidéos aussi.

Vous avez une petite anecdote sympa à raconter sur le groupe/ un membre ?

Séraphin et Simon : Aidan s'est fait embrasser par un mec au Wardin Rock… (rire)
Aidan :… Ouais non, je dormais et puis il s'est jeté sur moi, c'était un viol !
Simon : Ah oui, il y a aussi sur l'article de la Meuse, ce n'est pas Aidan sur la photo, c'est un copain avec nous à la place !

Un dernier mot pour motiver les gens à venir vous voir vendredi ?

Aidan : S'ils nous connaissent déjà un peu et qu'ils ont écouté notre EP et qu'ils n'aiment pas de trop quand même, eh ben, qu'ils viennent car ca va être 3000 fois plus la fiesta.
Séraphin :
Ca va être fiesta à fond, ramenez-vous !
Simon :
Ca va déchirer !


NB : Pour les filles, Aidan n'est pas gay et Séraphin ne s'est pas lancé dans une folle histoire d'amour avec un chien.

author

Posté par losange