AND name REGEXP 'Punk' AND name REGEXP 'Harbor' L'Entrepôt Arlon | interviews | punk harbor
backgroundbackground

ROCK'N GAUME

L'ACTU ROCK EN PROVINCE DE LUXEMBOURG

HOME > INTERVIEWS > PUNK HARBOR

Vidéos

prev next

INTERVIEWS

14/10/13

PUNK HARBOR

>

L'ÉTÉ DERNIER, UNE BANDE D'AMIS LANÇAIENT "PUNK HARBOR", UNE ASSO QUI ENTEND BIEN RAVIVER L'ÂME ROCK DE VIRTON. APRÈS LE SUCCÈS D'UN PREMIER ÉVÉNEMENT, ILS REMETTENT LE COUVERT LE 19 OCTOBRE AVEC NÉOPHYTE, THE NUNCHAKS OU ENCORE ASTAPOULATCHI. PRÉSENTATION DU FESTIVAL AVEC STEFAN, PROGRAMMATEUR...

> Le 19/10 à la Salle du TT à Virton, préventes au S.I. de la ville ou au Park Music, open doors 19h30. Infos

Peux-tu présenter Punk Harbor ? Quels sont les buts, les objectifs ?

C'est une ASBL qui s'est créée l'été dernier. C'est parti d'un constat : les initiatives rock dans le coin de Virton sont fort rares. Nous connaissions les gars de Quai Kultur et en discutant avec eux, on s'est aperçu qu'il serait intéressant de proposer quelque chose de complémentaire. L'année passée et il y a deux ans, ils étaient à deux, maximum trois dates sur l'année. Il y a leur Quai Noël qui fonctionne très bien, et depuis peu il y a d'autres jeunes qui sont arrivés chez eux et organisent un peu plus. Mais ce n'est pas tout à fait le même style que nous, on se complète et on s'entraide, aussi. C'est parti de cette idée-là, étoffer l'agenda rock sur Virton.

Constituer une ASBL s'imposait. D'abord, c'est un projet qui ne s'arrêtera pas à une date ou deux, on veut que ça dure, qu'il y ait une continuité, pas de durée déterminée. Ensuite, on est parti de zéro et nous ne voulions pas investir de notre poche. Etre une ASBL nous a apporté de la crédibilité dans notre recherche de sponsors, mais aussi dans nos rapports avec les gens du milieu en général.

Punk Harbor organise le 19 octobre son deuxième événement. Est-ce que tu peux présenter rapidement l'affiche de ce festival ?

On fonctionne aux coups de cœurs, aux propositions que l'on a et au feeling.

Le premier groupe que nous avons confirmé était Astapoulatchi. C'est un groupe du coin, ça faisait plus d'un an qu'il était prévu qu'on les fasse jouer. Ensuite, nous avons eu The Nunchaks, qui sont un groupe de Metz et font du rock'n'roll assez rapide. Eux aussi, c'était prévu de longue date. J'ai un très bon feeling avec eux, ils organisent beaucoup de concerts du coté de Metz etc. Se sont ajoutés ensuite les 164Speedpunk, des vieux punkers style année 77, basés à Bruxelles. Nous avons reçu ensuite les propositions de Cunted Kunts (Thonville) et Bored Nation (Nancy) par l'association La Chaise Musicale. Des mecs très motivés, dont le but est avant tout de jouer et à qui ça ne pose jamais problème de se déplacer.

Enfin, nous avons eu Néophyte… Ce qui est vraiment un gros coup de bol ! En fait, ils ont changé de batteur, le nouveau étant aussi celui de Riot Gun, qui sont venus en avril chez nous. Riot Gun est un peu en stand by, car leur guitariste les a quittés. Du coup, les autres musiciens s'investissent chacun dans leur projet. Le chanteur Alex, par exemple, joue beaucoup avec Charge 69. Néophyte s'est donc proposé... C'est un peu au retour aux sources  car ils recommencent à tourner. Ça faisait très longtemps qu'ils n'avaient plus joué en Belgique. Ils sont très motivés pour venir et nous, ça nous fait une belle tête d'affiche. C'est assez connu et ce sont des souvenirs pour beaucoup de gens.

Comment recrutez-vous les groupes ? Vos programmations regroupent plusieurs pays !

On a envie de travailler sur les trois frontières. Associer des groupes locaux et belges avec des groupes français, allemands et luxembourgeois. Ça avait bien fonctionné lors du premier concert. Cette fois-ci, je suis parti sur la même optique, même si ça ne s'est pas fait avec les Allemands. J'ai déjà avancé sur le prochain événement et ça restera dans la même idée, il y a déjà un groupe allemand prévu, un local, deux français... Nous voulons aussi ouvrir la Belgique aux groupes allemands, qui ne tournent jamais ici. Même à l'Entrepôt c'est plutôt rare, à part Radio Dead Ones, par exemple.

Vous parlez de dynamiser la région de Virton. Vous pensez donc qu'il y a un manque ?

Oui, il y a un manque. Niveau concert, à part Quai Kultur, il y'a pas grand-chose. La Maison des Jeunes, l'année passée, a organisé quelques événements mais cette année un peu moins. Chez eux, le rock est un peu en déclin et ils ont tendance à se tourner vers l'électro, le hip hop. Cela dit, ils font un événement en novembre, pour les 10 ans de la MJ. Il y a aussi Press Mute qui organise pas mal de choses niveau hip hop et rap. Nous, on va plutôt se tourner vers le rock et le punk.

Les salles de concert aussi, sont très difficiles à trouver. La salle du tennis de table est la seule qui a bien voulu nous prendre. Vraiment, on a été très déçu parce qu'on a eu beaucoup de refus. Même une salle comme celle de Lamorteau n'était pas vraiment partante, on a donc préféré laisser tomber, d'autant plus que le son n'y est pas bon. A Virton, au TT, on s'en sort plus ou moins. On aimerait aussi pouvoir faire des concerts un peu plus petit, dans une salle plus intime. La salle du TT, on la divise en deux, pour la capacité et aussi pour réduire le budget. Pour notre objectif, accueillir entre cent et deux cents personnes, c'est déjà très bien.

Le manque d'événement et de lieu est un constat partagé par les musiciens, nous avons d'ailleurs eu de très bons retours de leur part après notre premier événement. Nous prévoyons de contacter la maison de jeunes pour nos événements futurs pour qu'un ou deux groupes du coin minimum soient à l'affiche. Des groupes qui veulent se lancer et qui débuteraient la soirée, comme on a fait avec The G.A.P., la première fois. Cette fois-ci, on n'a pas eu vraiment le temps de chercher, ce qui n'empêche que le but futur est aussi de promouvoir la musique locale.

Y'a-t-il des groupes locaux que tu recommanderais particulièrement ?

Sur Virton, c'est quand même un peu mort, il n'y a pas grand-chose. Il y a les Average Joe's, que beaucoup connaissent et qu'on a fait jouer en avril. S'ils se maintiennent sur leur voie actuelle, ils pourraient aller loin. The G.A.P. aussi : d'un concert à l'autre, on voit une différence. Et pour ne pas te jeter des fleurs, j'ai vu SummerSlam à Marbehan et c'était vraiment bon ! Il y a donc quand même des groupes, et on essayera de les soutenir un maximum dans le futur. Il faut que ce soit un partage, que tout le monde en profite. 

L'association s'appelle donc « Punk » Harbor. Est-ce que c'est effectivement le style que vous avez envie de promouvoir, ou voulez vous ouvrir à d'autres choses ?

A la base, oui, il y aura une priorité au punk. Mais on garde une ouverture vers tous les autres styles. Par exemple, le prochain concert sera peut-être un peu plus tourné vers le hardcore, avec toujours une touche punk, et le suivant plutôt vers le ska, dont je suis un grand amateur. On tournera autour du punk, mais avec une certaine ouverture d'esprit. Et puis on a aussi l'intention, même si les concerts resteraient l'activité principale, de se tourner vers d'autres types de projet. Nous avons des idées, mais il est encore un peu tôt pour les citer.

Des projets qui auraient quelle philosophie ? 

Des événements plus ouverts à d'autres publics, plus populaires. Mais sans organiser ces choses pour le profit. S'il y a des bénéfices, ils seront investis dans d'autres projets. Nous voulons nous auto-financer. C'est vrai qu'on a fait une recherche de sponsors cette fois-ci, mais on ne continuera certainement pas ou alors à moindre mesure. Le but est de devenir indépendant.

Quelles ont été les retombées du concert organisé en avril ?

Nous avons été très satisfaits. Nous n'avons eu que des bons retours, aussi bien des musiciens que du public. Au niveau de la participation c'était correct, un petit peu plus que nos attentes. Cette fois-ci, on serait content de faire la même chose et on n'espère pas beaucoup plus : on sait que c'est quelque chose qui se lance, nous avons encore un nom à nous faire. Il y avait aussi peut-être un effet de découverte qui ne sera pas là cette fois-ci, c'est aléatoire…

author

Posté par Nicolas